MIM INNOVATION
Nous vous aidons à mesurer votre innovation
Essayer notre outil unique de mesure d’innovation pour votre projet
Comment ça marche ?
L’outil MIM Innovation est un moyen très simple de soumettre votre évaluation.
J’ai une idée d’innovation
Je souhaite évaluer une société, un produit, un service, valoriser un travail de recherche ou une thèse doctorant.
Je l’évalue en ligne
Je réponds aux différentes questions sur le site. Les informations que je soumets resteront entièrement confidentielles dans nos serveurs en France.
L’algorithme traite l’information
Notre algorithme permet d’évaluer de façon objective l’innovation et la mesure selon une échelle de 7 niveaux selon la maturité de l’offre et de la demande.
Je valorise mes résultats
Grâce aux résultats que me fournit l’outil, je peux me positionner sur mon niveau d’innovation. Je peux également me faire accompagner d’un professionnel.
Qui est derrière MIM Innovation ?

Bernard Monnier, ingénieur spécialiste en IA, MBA, il a décliné ses résultats de recherche en matière d’innovation ouverte dans son livre : « La Route des Innovations »
Il intervient à l’Université Paris Saclay, Université Versailles Saint Quentin (UVSQ) sur l’Innovation et les Achats, comment passer de l’acheteur Cost Killer à un GPS (Gestionnaire de Partenariats Stratégiques) pour l’Innovation.

FAQs
Pourquoi évaluer la maturité d’un projet d’innovation ? L’innovation est un processus systémique. L’innovation incrémentale n’est pas forcément difficile à gérer mais n’est très souvent pas couronnée par un fort retour sur investissement (ROI). L’innovation de rupture est beaucoup plus risquée et donc beaucoup plus difficile à gérer, c’est surtout lorsqu’on cherche la rupture, riche en création de richesse, que l’on devrait évaluer le niveau d’innovation actuel puis définir celui que l’on voudrait atteindre et suivre le guide de l’évolution des niveaux d’innovation que propose MIM© pour définir les actions stratégiques permettant d’atteindre ce graal… MIM© est un outil qui permet de passer du discours sur l’innovation aux actes !
L’ajout d’une fonctionnalité plus ou moins complexe à un produit ou un service existant entre dans la catégorie innovation incrémentale. Les moyens financiers pour gérer cette évolution ne sont pas très élevés, la difficulté de gestion de cette évolution n’est pas très forte. L’innovation de rupture consiste à créer des besoins nouveaux, des demandes qui n’existent pas, le risque est par conséquent très fort de ne pas faire adhérer des clients à ces nouveautés, ces nouvelles offres. Les moyens financiers sont nettement plus importants que dans le cas précédent et donc les décisions dans ce cadre sont donc très complexes. C’est bien dans ce cas que la matrice MIM© est la plus utile, elle permet d’aligner les points de vue entre des acteurs très complémentaires, des profils atypiques, des experts de domaine bien différents… Elle permet de décloisonner les fonctions R&D, Marketing, Finances, Achats, Juristes, Stratèges… Elle facilite le travail collaboratif en mode innovation ouverte. Le meilleur exemple d’une innovation de rupture est l’iPhone. Personne n’a demandé les fonctions d’un smartphone et lorsque Steeve Job a proposé le premier téléphone de cette catégorie, les clients ont été captifs très rapidement, il a créé la demande, les acheteurs sont prêts à payer ce produit 100 fois plus cher qu’un simple téléphone !... la création de valeur est une véritable réussite d’Apple qui a d’ailleurs très vite vu de nouveaux entrants dans ce nouveau marché.
Une définition simple est de considérer que l’innovation est une rencontre entre une offre et une demande. L’innovation est liée à une nouveauté mais il ne faut pas considérer que l’innovation ne peut provenir que de la fonction R&D, les ingénieurs ne sont pas les seuls générateurs d’innovation, toutes les fonctions d’une entreprise peuvent être à l’origine d’une innovation réussie. Les chercheurs font preuve de créativité, la génération des idées peut déboucher sur de l’innovation si l’offre à la base de ces idées est adoptée par des clients qui sont prêts à acheter.
L’innovation fermée est celle qui est générée sans l’aide de partenaires extérieurs. C’était généralement l’innovation des années avant 2000. Depuis cette date, la complexité des systèmes d’une part et le manque de financement des projets d’innovation d’autre part, ont incité les organisations à profiter des compétences de partenaires extérieurs pour générer de l’innovation dans leur marché. L’innovation ouverte est donc un processus qui rassemble des partenaires différents, d’une startup, PME, ETI, Grand Groupe ou encore des instituts de Recherche académique ou privée pour générer de l’innovation ensemble en mode collaboratif. La gestion des Droits de Propriété Intellectuelle (DPI) reste le point le plus difficile à gérer dans ce cadre.
On a passé des décennies avant les années 2000-2010 à cloisonner les entreprises. Or, l’innovation qui est devenue LA stratégie indispensable pour une entreprise pour assurer sa croissance ou même sa survie lors des crises, impose de travailler ensemble avec toutes les communautés dans l’entreprise. L’outils MIM© le montre et le démontre en mettant en évidence que pour réussir un projet d’innovation il faut travailler dans des domaines très variés, peu sont capables d’être compétents aussi bien en technologie, en marketing, en commerce en finances, en gestion des achats stratégiques, en juridique… Un projet d’innovation doit impliquer les experts de chacun de ces domaines, c’est-à-dire décloisonner les départements d’une entreprise… MIM© est un outil pour réussir ce challenge s’il est adopté à toutes les strates de l’entreprise, plus l’entreprises sera petite plus il sera simple de réussir ce challenge.
L’innovation de rupture passera sans doute par l’exploitation d’un résultat de Recherche car les entreprises n’ont plus les moyens de financer des études au niveau de l’état de l’art à l’intérieur de leur structure et passeront donc en mode innovation ouverte. Le problème est de rassembler autour d’une même table des chercheurs académiques et des entrepreneurs qui n’ont pas les mêmes valeurs ni les mêmes objectifs. Pour exemple, les uns (chercheurs) ont un objectif de publication de leur résultat de Recherche tandis que les autres (entrepreneurs) préfèrent breveter les concepts et donc surtout ne rien divulguer avec cette étape de protection. MIM© propose de comprendre les enjeux des uns et des autres afin de renforcer la volonté de collaboration ou au contraire de mettre en évidence l’impossibilité de débuter un travail efficace, mieux vaut arrêter le projet que de le poursuivre. En effet, mener un projet d’innovation c’est savoir le conduire au succès mais aussi savoir l’arrêter au plus tôt s’il est voué à l’échec, ce dernier point est excessivement difficile à gérer.
Me contacter